Tribune du Métroscope avril-mai 2012

L’emprunt toxique de la Métro

par Gilles Kuntz

La Métro a souscrit en 2006, auprès de la banque DEXIA, un emprunt de 22 millions d’euros au taux indexé sur le rapport euro/franc suisse pour financer le Stade des Alpes. Ce taux, au départ de 3,57 %, pouvait s’envoler vers des taux à deux chiffres en cas de chute de l’euro.

Fin 2010, le rapport entre notre monnaie et le franc suisse se dégradait entrainant une augmentation forte du taux de l’emprunt toxique. Grâce aux efforts de la Suisse pour maintenir un rapport €/FS convenable, ce taux pouvait être ramené à 11,5%. Ne croyant pas à la capacité de la Suisse de faire face aux spéculateurs, la Métro décidait alors de « sécuriser » ce taux pour l’échéance de janvier dernier à plus de 13 %(!).

Au final et pour cette seule année 2012, ce sont 2 millions d’euros perdus en intérêts toxiques entre le taux de départ et celui effectivement payé… Au lieu d’anticiper la situation prévisible dès 2010, la Métro laissait faire pour finalement s’affoler quand il était trop tard. Tout le contraire d’une gestion sage des deniers publics.

Aujourd’hui des citoyens demandent des comptes à la Métro. Va t’on perdre chaque année 2 M€ d’intérêts jusqu’à la fin de ce prêt dans 11 ans sans rien faire ?




Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSPublications RSSTribunes du Métroscope