Réunion Publique

Débat citoyen du 10 mai 2010

par Maryvonne Boileau

Environ 20 personnes présentes, avec quelques nouveaux, dont un représentant de la Ligue des Droits de l’Homme et deux journalistes du « Postillon ».

Malgré le petit nombre de délibérations qui est désormais une constante de cette majorité, il y a des délibérations d’importance :
-  vote du compte administratif qui permet d’observer que l’état des finances de la ville de Grenoble ne nécessitait aucunement la violente hausse des impôts. Malgré quelques pertes, notamment une baisse des droits de mutations, les recettes compensent largement les moins perçus et vont même très au-delà. La taxe foncière à laquelle s’ajoute la TEOM de la Métro pénalisent aussi les plus fragiles en impactant fortement les organismes de logements sociaux qui ont dû augmenter les loyers pour compenser ces hausses.
-  Approbation des contrats de délégation de service public de stationnement avec deux candidats retenus dont Vinci qui avait le contrat dans sa totalité et qui demande des indemnités conséquentes pour rupture de contrat ! Les suites judiciaires de cette rupture vont nous permettre de voir les méthodes de négociations avec les grands groupes. Affaire à suivre avec beaucoup d’attention ! Quoiqu’il en soit, dans un premier temps, les tarifs augmentent puisqu’il ne sera plus possible d’avoir un tarif 40 minutes. L’obligation minimale est maintenant d’une heure !
-  Un grand projet appelé « polarité sud », qui fait l’objet d’une convention partenariale entre Grenoble, la Métro, le SMTC et les villes Echirolles, Eybens. Il s’agit d’un projet de recomposition urbaine du secteur Allibert, pour lequel les transactions sont un peu compliquées avec quelques propriétaires et des promoteurs qui avaient aussi des visées sur ces espaces.
-  La ZAC Blanche Monnier et une transaction avec Bouygues immobilier, espérons que ce sera plus satisfaisant qu’un autre projet prévu à l’Ile Verte avec le même promoteur et qui n’a jamais abouti.
-  La vidéosurveillance : les participants nous demandent de tout mettre en œuvre pour faciliter l’accès aux informations pour tous les citoyens. Nous observons également qu’en plus d’un gouvernement qui ne jure que par cette méthode de surveillance, les entreprises du secteur font un lobbying permanent encouragé par quelques « soi disant spécialistes ». Des installations de caméras à l’entrée des collèges ne sont demandées ni par les enseignants ni les parents d’élèves et sans aucune information au conseil d’administration.

Les participants demandent unanimement que les plus grande transparence soit garantie avec déjà la diffusion des plans d’installation des caméras dans toute la ville à toute la population.

Plusieurs nous demandent de faire davantage d’informations dans la ville, par une distribution plus régulière de tracts sur ce qu’ils considèrent comme une vraie atteinte aux libertés et plus fondamentalement à la démocratie.

Nous continuons à dénoncer ces dépenses de 700 000 euros pour des caméras en lieu et place d’éducateurs de rues et de personnels qualifiés auprès des enfants et des jeunes dans la ville. Mais nous venons d’apprendre que le Maire de Grenoble vient de se voir attribuer la médaille de bronze des élu-es « big brother » après le maire de Nice, médaille d’or et 2 élus du Val d’Oise médaille d’argent !

Pour tenter de rassurer les défenseurs des libertés publiques, un comité d’éthique va être mis en place qui pourra recueillir les inquiétudes sur cette installation. La seule question qui vaille ne sera pas posée au conseil municipal : cette vidéosurveillance est-elle nécessaire ? Le Maire encore une fois décide seul et préfère un débat sans vote sur cette question en amusant la galerie avec son collège d’éthique... Les caméras ne pourront pas réparer les dégâts causés par la déscolarisation précoce, le manque d’emploi, les difficultés familiales, économiques, les manques affectifs et de relations sociales paisibles.

Ce dispositif liberticide fera la démonstration à Grenoble comme ailleurs, que nous allons seulement perdre quelques années pour en revenir aux méthodes imparables et nécessaires : un accompagnement humain et professionnel, notamment auprès des jeunes.


Documents joints

Transparents projetés lors de la soirée

14 mai 2010
Document : PDF
518.1 ko



Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSAvec vous