Réunion publique

Débat citoyen du 20 septembre 2010

par Maryvonne Boileau

Le cycle des rencontres préparatoires au conseil municipal a repris. Notre choix d’aller dans les quartiers demande que nous fassions davantage d’informations préalables. 15 personnes ont participé lundi 20 septembre à l’Abbaye.

Une longue discussion sur les évènements de l’été a permis d’entendre la perception d’habitants qui disent toute la complexité du problème posé. Selon certains, l’architecture de la Villeneuve accentue les problèmes, alors que d’autres considèrent que le système capitaliste porte une immense responsabilité dans la dégradation des conditions de vie des gens. Un système qui développe un chômage de masse entraîne le mal de vivre, notamment chez les jeunes, souvent livrés à eux-mêmes durant la journée, mais surtout le soir et la nuit. La cellule familiale, la place des adultes auprès des jeunes sont différentes de celles des années 70 et les réponses apportées souvent inadaptées.

Nous proposons de veiller à remettre significativement les services publics dans tous les quartiers en priorité auprès des habitants davantage touchés par la crise, le chômage, la déscolarisation des jeunes. Les services publics sont divers : la police, mais aussi l’éducatif, le culturel avec chacun leur mode de fonctionnement. Ce millefeuille manque singulièrement de cohérence. Nous proposons qu’un autre mode de gouvernance se mette en œuvre. Le maire doit rester le pilote en chef : il pourrait, par exemple, rendre le Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance, beaucoup plus actif. Le CLSPD jouerait alors vraiment son rôle d’instance de dialogue permanent entre toutes les institutions, les jeunes et les habitants dans les quartiers pour analyser les problèmes et construire des réponses adaptées.

Les personnes présentes souhaitent aussi exprimer leurs difficultés face à leurs enfants qui sont sans travail et ne reçoivent que des réponses négatives aux 300 courriers envoyés. C’est aussi un bénévole d’une association d’insertion par le travail qui nous annonce que leur partenaire bailleur vient de leur demander de baisser leurs tarifs de prestation de 8 %, mais c’est aussi la dureté des impôts locaux avec une augmentation de 150 euros entre 2009 et 2010, sans aucune augmentation des pensions de retraite. « 1100 euros c’est plus que ma retraite mensuelle ».

L’enjeu est bien maintenant de changer réellement de politique sur le plan national et local afin que les moyens de l’action publique soient tous au service de la solidarité, de l’écologie et protéger la démocratie mise à mal par les propos du gouvernement.




Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSAvec vous