Décloisonner les cultures

La culture, de part sa fonction première de lien social, doit être aujourd’hui au cœur des préoccupations de développement urbain. Le dialogue interculturel et la promotion de la diversité culturelle seront ainsi nos principaux défis. Grenoble est déjà une ville forte de ses cultures. Certaines politiques mises en place dans les années 70 et confirmées depuis sont une réelle réussite. Le réseau des bibliothèques de quartier, notamment, est plébiscité par une part toujours plus importante de la population.

Mais, la politique culturelle de la ville a besoin d’un bon coup d’air frais. Dans certains domaines comme le spectacle vivant ou la musique, elle a très peu évolué depuis 25 ans. La ville ne peut continuer à fermer les yeux sur une dure réalité : 80% de la population ne fréquente jamais les équipements culturels (hors bibliothèques). Il est donc urgent de mettre en place une nouvelle politique visant à intéresser un large public. Une politique culturelle équilibrée doit avant tout s’élargir à toutes les formes d’expression et pas seulement aux grands équipements, s’ouvrir à la richesse de la diversité des formes culturelles. La décision tardive (qu’il faut cependant saluer) de créer une salle pour les musiques actuelles montre surtout un manque de considération pour les cultures populaires et festives dans une ville qui compte pourtant plus de 50 000 étudiants et bien sur, encore plus de jeunes.

Une nouvelle politique culturelle passe donc, avant tout, par la fin du cloisonnement entre la culture dite « solidaire » et la culture élitiste, cloisonnement concrètement mis en évidence par la municipalité actuelle qui comprend 2 adjoints : un adjoint à la culture… et un adjoint à la culture solidaire ! Comme si certaines cultures se devaient d’être solidaires et d’autres de seulement célébrer l’Art… Cette manière de hiérarchiser les cultures correspond à une vision conservatrice : un objectif social pour les cultures populaires et le beau, l’excellence pour les cultures élitistes. Ce sont bien sûr les deux objectifs qui doivent être visés simultanément : une culture qui s’inscrit dans la vie de la cité en restant exigeante d’un point de vue qualitatif.

Nous souhaitons donc proposer une nouvelle politique culturelle qui fasse moins de place au rayonnement et à la communication mais qui s’intéresse plus aux pratiques et à la diffusion de la culture auprès de l’ensemble de grenoblois.

 engager un Agenda 21 de la culture

Véritable plan d’action global, lancé à Barcelone dans le cadre du Forum Social Mondial et adopté depuis par de nombreuses villes des cinq continents, il permet de fixer de nouveaux objectifs à notre politique culturelle en partant de l’identité et de la diversité culturelle des personnes. Il rompt ainsi avec la conception élitiste et « franco-française » de la culture. Dans le sens de cet agenda, considérer les MJC et les équipements socioculturels comme relevant pleinement du champ culturel et donc les rattacher à une direction culturelle de la Ville élargie.

 soutenir la lecture publique

Continuer à soutenir la politique de lecture publique qui a fait ses preuves et refuser la fermeture des bibliothèques de quartier.

 favoriser les pratiques amateurs

Théâtre, musique, danse… énormément de grenoblois pratiquent une activité culturelle. Ces pratiques ne doivent plus être négligées mais au contraire soutenues et élargies, notamment en veillant à mettre à disposition des lieux appropriés, à tarifs accessibles, comme cela se fait au Théâtre Prémol. Les groupes de musique manquent de salles de répétition, elles seront multipliées.

 ouvrir une Maison de tous les Grenoblois

En lien avec le Conseil général, faire de l’ancien palais du parlement, place St André, une maison de tous les grenoblois avec des salles de réunion, une agora, un café.

 s’engager sur une politique de conventionnement

Pour permettre aux compagnies grenobloises de sortir de la précarité et de la surcharge administrative liée à la recherche permanente de financement (au détriment du travail culturel), conventionner le soutien de la commune et indexer les subventions.

 aider les cultures alternatives

Plusieurs projets intéressants ont vu le jour ces dernières années : sans soutien de la Mairie, ils n’ont pas pu se concrétiser (comme sur la friche Bouchayer-Viallet, un lieu convivial qui aurait pu, entre autre, pallier la fermeture de l’Entrepôt). La ville devra être plus attentive à l’émergence de cultures alternatives, aux évènements ou lieux légitimés par un public, et accorder des autorisations provisoires et des conventions d’occupations précaires aux associations responsables, de façon à gérer les questions de sécurité des lieux et des occupants tout en ne bloquant pas les projets de recomposition urbaine, constructions-réhabilitation,…

 créer un festival populaire

Soutenir les initiatives culturelles émergeantes en créant un grand festival qui permettrait une nouvelle identité culturelle, plus jeune et plus populaire de notre ville.

 s’engager clairement sur la reconnaissance et la valorisation des diversités culturelles

fondement du vivre-ensemble, des métissages et de la création permanente de cultures communes. Le repli communautariste se nourrit de l’exclusion et de la non-reconnaissance, les politiques locales restent encore bien timides dans ce nécessaire accompagnement et cette mise en scène des diversités.

Projet d’agglo

La politique culturelle ne peut plus être pensée « Grenoble intra-muros » : d’une part, nombre d’équipements culturels grenoblois profitent à un public bien plus large et d’autre part les grenoblois ne limitent pas leur pratiques culturelles au territoire communal. Nous proposerons que la Métro mette en oeuvre un plan culturel cohérent, favorisant la circulation des compétences, la diversité des pratiques et expressions et la coopération entre équipements. La richesse culturelle de l’agglomération mérite d’être pensée et mise en valeur.


-->


Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSProjet RSSune ville conviviale